25 oct. 2012

[Stratégies] Épisode VIII - La stratégie appliquée aux échecs (2)







En retard, il faut consolider.
Corollaire : en avance, j’attaque !


Application avec Max Euwe, champion du monde 1935


***

Attention, cet article peut vous donner envie
de vous remettre activement aux échecs, tellement c'est beau !

***


Alekhine - Euwe 1937

Partie Max Euwe – Salo Landau Amsterdam 1939


Défense Slave

Max Euwe a été le champion du monde
d’échecs en 1935. Joueur amateur (!!),
il a battu Alekhine à la surprise générale.

Voici une partie qui illustre son style.
Que vous inspire cette position ?
C’est aux blancs de jouer (coup 10).

Évaluation de position 

Aux échecs, l’évaluation d’une position se fait sur trois critères : matériel, temporel, spatial.

Les échecs en trois dimensions


Les noirs se sont développés correctement, les blancs aussi d’ailleurs.

  • Sur le plan matériel, le jeu est égal.
  • Sur le plan spatial, les blancs exercent un peu plus de pression au centre que les noirs. Mais il est difficile d’avancer plus loin.
  • Sur le plan temporel, les deux joueurs auront terminé leur développement dans un coup (nous sommes toujours dans l’ouverture !) : les blancs doivent développer leur fou noir, et les noirs doivent roquer. 

Alors ? La position est égale ?

Il est certain qu’un joueur de club standard (1800 Elo), et même beaucoup de joueurs nettement plus forts, concluraient à une position égale, et réfléchiraient à des coups tels que :

  • 10. Fd2 pour achever le développement suivi de 11. Te1 et 12. e5 
  • 10. Td1 
  • 10. Te1? … Ce4 
  • Ou même pour les milliers de lecteurs de Mon Système, 10. Ce2, par principe de surprotection des pions centraux. La prophylaxie chère à Aaron Nimzowitch. 
  • Des joueurs plus agressifs voient la menace sur le roi noir, mais concluent vite que le sacrifice 10. Fxe6 ne donne rien. 
  • Le vénéré Xavier Tartakover, qui a déclaré : « La stratégie consiste à savoir quoi faire lorsqu’il n’y a rien à faire », choisirait peut-être le coup de développement 10. Fd2, en application de son axiome que je trouve extrêmement douteux (réducteur et comme nous le verrons plus loin, applicable dans une et une seule configuration particulière). La stratégie, c’est beaucoup plus que ça. 
Et Max Euwe a le bon réflexe : sur la dimension temporelle, les deux coups manquants ne sont pas équivalents. Le roi blanc est bien à l’abri, le roi noir est au centre, posé comme un canard sur une mare. Alors, Max cherche quelque chose…

D’abord, il a le bon réflexe de chercher un coup agressif. En effet, il évalue qu’il possède un petit avantage dans cette position. Il a le trait et un roi à l’abri (avantage temporel), il a une bonne influence au centre et le roi adverse est justement au centre (avantage spatial). Joueur d’échecs, sa stratégie est simple : en avance, j’attaque ! Des coups comme Ce2 ou Td1, s’ils sont sains tactiquement (blanc conserve son petit avantage), s’avèrent des erreurs de stratégie, car nous allons voir que Blanc raterait un gain. Ce sont des coups pour une stratégie au jeu de go : « en avance, je consolide ! ».

  • Le joueur d’échecs en avance doit chercher à compliquer la position, attaquer, prendre des risques pour matérialiser un avantage positionnel en gain. 


On n’a pas dit que c’était facile. La stratégie est simple, les moyens tactiques de son exécution vont s’avérer très complexes. Mais c’est tellement beau !

Dans ces conditions, le premier coup devient assez facile à trouver… quand on sait ce que l’on cherche.



10. e4!     Fb6



Noir ne peut pas capturer ce pion : 10. … Cxe4? 11. Cxe4 Fxe4 12. Fxe6! fxe6 13. Dxe6+ est catastrophique pour Noir. Landau décide de reculer le fou en g6. Fg4 eu été meilleur, mais Landau ne craint pas le sacrifice Fxe6.

C’est aux blancs de jouer.

Si l’on reprend les mêmes critères d’évaluation de position, l’avantage spatial des blancs s’est accru, avec un beau contrôle du centre. Sa stratégie est donc d’attaquer. Malheureusement, il n’y a aucun coup évident. Votre avis ?

On pense au sacrifice 11. Fxe6, mais après 11. … fx6 12. Dxe6+ Fe7, l’attaque semble terminée, sans résultat tangible. Cette suite ne marche pas.

Voici comment Max Euwe raisonne à ce moment : Fxe6 est le seul coup d’attaque raisonnable, et aux échecs, une attaque commence souvent par un sacrifice (la fameuse exposition au risque pour plus de profit). Mais la suite est compliquée. Il ne se décourage pas, car stratégiquement, ce coup semble sain. Il trouve le coup suivant, difficile, puis engage finalement sans aucune garantie une suite complète de vingt-cinq coups qui l’amènent à la victoire !


11. Fxe6!!     fxe6 
12. a5! (figure)  Fxa5 (forcé)

Sinon, 12. … Dc7 13. Dxb4 rend le fou et la position noire est délabrée.
12. a5! est une belle déviation du fou noir qui l’empêche de venir protéger son roi : Dxe6+ Fe7.



12. …          Fxa5
13. Dxe6+   Rd8
14. e5          Te8
15. Dh3       Fxc3
16. exf6       Fb4
17. fxg7       Fd6
À ce stade, la compensation semble insuffisante pour le sacrifice mais Euwe continue brillamment.

À votre avis, quel est le prochain coup ? 

  • 18. Te1 
  • 18. Ce5 
  • 18. Fg5+



18. Ce5!      Fxe5
19. dxe5      Ff7
20. Td1       Fd5
21. e6!        Cf6
22. Fg5       Re7
23 Dc3       Abandon

Les variantes et les explications sont données sur ce site : (en espagnol, mais c’est assez facile à comprendre et on peut rejouer la partie) :

http://www.elpais.com/misc/ajedrez/6agosto12.htm 

Est-ce que Max Euwe a réellement calculé toutes les branches de sa suite vingt-cinq coups ? Il y a fort à parier que non. Et même si c’est possible dans certains cas (coups forcés), c’est totalement irréaliste ici. Au contraire, il a appliqué un raisonnement stratégique sain, la prise de risque dans une position d’avance, et accepté en conséquence un niveau d’incertitude abyssal.




  • Moins l’avance est tangible dans l’étape d’évaluation,
    plus le niveau d’incertitude sera grand. 
  • Pourtant, la décision reste saine. 


Dans cette partie, Max Euwe a pris des risques matériels (sacrifices), mais il ne s’est jamais mis en risque de mort subite : son roi est resté à l’abri pendant toute la partie. Il n’a jamais été mis en danger. C’est ce qui justifie sa prise de risque. En bon chef d’entreprise, il a engagé de lourds investissements, très risqués, mais sa trésorerie (son roi) a toujours été à l'abri.





Sur la base de cette étude, Praxeo anime une conférence à l'AGILE TOUR 2012, à Paris le 20 novembre et à Montpellier le 29 novembre, sur le thème
"La stratégie du Product Owner".







Othello : c'est top !

Loading...

Le go : le jeu le plus ancien

Loading...

Découvrez le Mah-Jong moderne

Loading...

Shogi, les échecs japonais

Loading...

Xiang-Qi, le plus pratiqué au monde

Loading...

Poker de tournoi

Loading...

Backgammon de tournoi

Loading...

On ne présente pas les échecs

Loading...